Mise en avant

Juin 2024, les défenseurs d’un projet d’avenir pour Grignon dans l’attente de l’annonce du gouvernement

Fin janvier, la mission confiée par les Ministères des Finances et de l’Agriculture sur le devenir du site de Grignon rendait son rapport au gouvernement après avoir échangé franchement avec toutes les parties prenantes, dont les associations Grignon 2000 et l’Union Citoyenne pour Grignon incluant le CFSG. Le rapport ne nous est pas connu mais ses conclusions ont semblé en phase avec les attentes de ces acteurs engagés depuis longtemps pour un projet d’intérêt général répondant aux enjeux actuels de l’agriculture et de l’environnement (cf. articles du Parisien). Durant la même période, un jugement administratif annulait définitivement la vente du site à Altarea-Cogedim.

En Mars, un bref épisode d’accueil de réfugiés provenant de Mayotte dans une résidence du campus, encadré par Emmaus Solidarité comme en 2022-2033 pour des familles sans-abri, fut l’occasion pour la Mairie et les habitants de Thiverval-Grignon d’exprimer leur ouverture d’esprit tandis que l’extrême-droite vociférait à tord plus qu’à raison (cf. Le Parisien et Le Monde).

Par ailleurs, le mur d’enceinte souffrait un effondrement de plus, qui a été réparé depuis.

Cette suite de signaux et le silence des Ministères suite à l’achèvement de la mission, ont conduit Mme le Maire de Thiverval-Grignon à adresser une lettre au Premier Ministre. Celle-ci résume clairement les faits, les enjeux et insiste sur l’urgence d’arbitrer et d’avancer (lettre de Nadine Gohard au Premier Ministre, cc à 12 personnalités).

Malgré cette démarche publique et d’autres contacts plus discrets, malgré la tenue d’une réunion interministérielle mi-Juin, nous sommes toujours en attente de la proposition du gouvernement.

Mise en avant

Automne 2023 : échos de Grignon au sein des Ministères, au centre commercial de Plaisir, et in situ le 11 novembre

L’avenir du site de Grignon enfin rediscuté entre représentants de l’Etat, collectivités locales, associations et autres acteurs impliqués

Ce qui était plus ou moins annoncé avant l’été a été officialisé dans une lettre de mission du 29 septembre 2023 des Ministères de l’Agriculture et de l’Economie donnée à l’Inspection générale des finances et au Conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux. Cette mission explorera « trois axes possibles :

  • les possibilités de réemploi du site au profit d’activités de service public de l’Etat et selon quelles conditions (ex. locaux pour le Service national universel, etc.) ;
  • une valorisation du bien dans le cadre de politiques publiques (logement social ou intermédiaire, établissement de santé, résidences pour personnes âgées ; etc.) ;
  • l’engagement d’une nouvelle procédure de cession ou la mise en place d’un bail emphytéotique autour d’un nouveau projet. »

C’est bien entendu la fin du 3ème point qui nous intéresse… !

Des représentants de Grignon 2000, et plus récemment des représentants de l’Union Citoyenne pour Grignon ont rencontré les hauts fonctionnaires en charge de cette mission. La dernière rencontre a été très constructive selon les membres du CFSG qui y participaient. Les chargés de mission sont maintenant bien informés sur l’historique et les acteurs des mobilisations qui ont évité la vente à des intérêts privés, et sur le projet d’avenir « Grignon Campus », porté par Grignon 2000 avec le soutien et l’engagement des mêmes acteurs.

La mission interministérielle devrait rendre un premier cadrage en janvier 2024 qui, s’il est concluant, devrait déboucher sur un groupe de travail de préfiguration.

La délégation de l’UCG après la rencontre avec les chargés de mission des ministères – 13/12/2023

Stand du CFSG dans la galerie commerciale à Plaisir

Le 30 septembre, c’était au grand public, géographiquement proche de Grignon, que s’adressaient des membres du CFSG, pour leur rappeler l’histoire et le potentiel du domaine de Grignon. Ils illustraient aussi la diversité et la richesse de nos aliments d’origine végétale autour d’une collection de graines. C’était dans la galerie commerciale d’Auchan, dans le cadre de la Fête des Possibles.

. Céréales, Médiathèque INRAe

Commémoration du 11 novembre

Grignon était le site d’AgroParisTech où pouvait se tenir cette célébration cette année après le déménagement à Palaiseau. Elle a réuni Olivier Martin en tant que directeur du site, la municipalité de Thiverval-Grignon et plusieurs associations dont le CFSG et Grignon 2000. Après un pot offert par la SHG dans la Halle Polonceau du site, un repas et l’assemblée générale de Grignon 2000 ont eu lieu dans le village de Grignon. Cette commémoration a été aussi une rare occasion pour plusieurs organisations proches du domaine de Grignon de s’y retrouver.

Délibération et motion de la municipalité de Thiverval-Grignon du 6 décembre 2023

Le conseil municipal de Thiverval-Grignon a réaffirmé à l’unanimité sa position sur l’avenir du domaine de Grignon, n’acceptant qu’« un projet d’intérêt général en lien avec l’agronomie et la préservation de l’environnement ». La motion détaille les exigences de la municipalité, qui « soutient le projet porté par l’association Grignon 2000 et ses investisseurs associés et se dit favorable à un bail emphytéotique entre l’Etat propriétaire et le porteur du projet. »

Que l’année 2024 voit le domaine de Grignon, mosaïque riche de ses écosystèmes naturels, agricoles, de ses bâtiments historiques et techniques, contribuer à nouveau à la genèse et à la diffusion des connaissances au service de tous.

Décembre 2023 – Le bureau du Collectif pour le Futur du Site de Grignon

Mise en avant

Une « contribution sur Grignon » du CA d’AgroParisTech adoptée le 14/03/2023

Le conseil d’Administration d’AgroParisTech réunie le 14 mars 2023 a adopté à l’unanimité des votants une contribution très claire en faveur d’un avenir du domaine de Grignon comme « tiers-lieu unique de la transition écologique ». Le document rappelle toute la valeur et le potentiel du campus pour la poursuite des missions d’AgroParisTech et de sa communauté. « Il représente un atout stratégique unique (…) au service des enjeux cardinaux que sont l’éducation et la recherche scientifique pour l’agro-écologie, et plus largement la transition écologique des systèmes de production agricoles, des filières alimentaires et des territoires ». Rappelant aussi ses motions et travaux antérieurs, le CA publie 5 conditions précises pour la réussite de tout projet d’avenir pour le site (à lire ici).

Mise en avant

l’Union Citoyenne pour Grignon appelle le Préfet au dialogue sur l’avenir du site de Grignon (16/01/23)

L’UCG a rappelé dans une lettre au Préfet des Yvelines chargé de la cession du domaine ses actions et appels au dialogue pour la construction d’un projet pour Grignon. Le collectif fait connaître dans cette lettre qu’il est favorable au projet porté par l’association Grignon 2000 (motion de l’UCG du 29/11/2022), en soulignant sa cohérence et sa convergence avec les valeurs de l’UCG, ainsi qu’avec les orientations du rapport sur le devenir de Grignon de l’ancien directeur d’AgroParisTech, Gilles Trystram.

Cette lettre (à lire ici) signée de 7 représentants des 10 organisations composant l’UCG, envoyée avec copies au Premier Ministre et 2 autres ministres, est restée sans réponse.

Mise en avant

Un centre d’hébergement Emmaüs à Grignon (Décembre 2022 – Mai 2023)


En décembre 2022, l’État a réquisitionné deux résidences étudiantes pour y installer un centre d’hébergement d’urgence pour des familles sans abri de Paris et des Yvelines.

L’objectif était d’héberger ces familles de façon temporaire, afin de leur trouver un lieu de vie plus durable dès que possible et au plus tard le 31 mai. Emmaüs-Solidarité avec une trentaine de travailleurs sociaux ont été chargés de mettre en œuvre le programme. Une cinquantaine d’enfants et 20 femmes enceintes ont fait partie des plus de 200 personnes hébergées à Grignon.

Une réelle solidarité s’est manifestée de la part d’associations locales (de Plaisir, Les-Clayes-sous-Bois et Feucherolles notamment) ou d’associations liées à Grignon, de personnels et d’étudiants d’AgroParisTech et des personnels de l’INRAE travaillant à Saclay ou à Versailles ou encore ceux de Terres Inovia de Grignon. La municipalité de Thiverval-Grignon et des habitants ont également facilité cet accueil. Des membres des associations ont participé à des réunions avec les responsables d’Emmaüs, notamment pour organiser du soutien scolaire, des collectes de vêtements, de jouets, de fournitures scolaires et d’équipements pour bébés. (Plusieurs voitures ont été nécessaires pour le transport de ces objets). Des membres du CFSG ont intercédé auprès de la direction d’AgroParisTech pour obtenir des espaces supplémentaires pour le centre Emmaüs. Une visite guidée de la Ferme Expérimentale d’AgroParisTech a aussi été organisée pour les enfants.
L’UCG (Union Citoyenne pour Grignon) a organisé une collecte à laquelle ont contribué de nombreux donateurs dont l’association des Alumni (Anciens) d’AgroParisTech. Les fonds récoltés ont été versés à Emmaüs-Solidarité.

En termes de bilan,  transmis par Emmaüs :
• Durant les presque 6 mois d’ouverture, ce site aura permis la mise à l’abri, la prise en charge et l’accompagnement de 88 familles, soit 275 personnes;
• 53 enfants ont été scolarisés sur les écoles de Thiverval, Plaisir, les collèges et lycées du territoire;
• 23 femmes enceintes ont été suivies en lien avec les PMI de Houdan et de Plaisir, et 11 d’entre elles ont accouché durant leur séjour;
• A la fermeture du centre, en lien avec les SIAO 75 et 78 (Service Intégré d’Accueil et d’Orientation), toutes les familles ont une continuité d’hébergement.

Au CFSG, nous avons regretté l’insuffisance d’espace confié à Emmaüs : ni le restaurant, ni le gymnase n’ont été prêtés ; les espaces extérieurs étaient eux-aussi extrêmement réduits.
L’expérience a montré la possibilité d’accueillir sur le site de Grignon des personnes très diverses (et nombreuses), mais aussi les difficultés liées à sa situation à 2km de la ville la plus proche, Plaisir. Comment envisager une action sociale dans le futur campus de Grignon ? A réfléchir !

Mise en avant

Pour Grignon, site phare de la transition agroécologique et sociétale. Point sur les mobilisations au 15/12/2022

Le lancement de l’Union Citoyenne pour Grignon (voir notre article d’Avril 2022 ci-dessous) a été suivi d’adhésions supplémentaires (déclaration ici) et de plusieurs moments forts.

Échanges constructifs avec la municipalité et tentative avec le représentant de l’Etat

Une réunion d’échanges entre les représentants de l’UCG, d’autres associations engagées et les élus de Thiverval-Grignon a eu lieu le 18 Juin. Elle a démontré une fois de plus la convergence entre les attentes des participants pour le futur de Grignon. La Maire Nadine Gohard et les élus comptaient notamment sur le renforcement du projet de Grignon 2000, avant la reprise du processus de cession du site par l’Etat au second semestre. L’UCG décidait d’adresser au Préfet chargé du processus une lettre, affirmant son existence et ses valeurs et sollicitant une entrevue durant la même période (lettre au Préfet). Le Préfet n’a pas donné suite, tout comme rien d’officiel n’est sorti de la réunion interministérielle de novembre sur l’avenir du domaine.

AgroParisTech vide les locaux de Grignon

Au début de l’été, l’UCG s’est également adressé à Laurent Buisson, Directeur Général d’AgroParisTech, lui transmettant son texte fondateur et lui demandant de surseoir aux demandes faites aux associations Arbre de fer et Club Géologique d’Ile-de-France de libérer les lieux qu’elles occupent à Grignon. Le Club Géologique conserve en particulier des centaines de fossiles de la Falunière dans le pigeonnier. A la même période, mais ceci ne sera révélé que fin Novembre par la Tribune de l’Art et le Canard enchaîné, l’administration de l’école vidait les greniers et les remises de meubles anciens. Ceux ci déclarés « de style », en réalité d’époques Louis XV, Louis XVI ou Empires, ont été dispersés et bradés lors d’une vente en ligne par les domaines, sans avoir été expertisés (article de la Tribune de l’Art).

Soutiens et manifestations d’intérêt pour un projet d’intérêt général se répandent

De plus en plus de personnes physiques et morales souhaitent s’informer sur ou rejoindre l’UCG ou le projet de Grignon 2000. Certaines soumettent leurs idées d’activités à développer dans le cadre de ce projet. Toutes les composantes de l’Union Citoyenne pour Grignon sont en faveur de ce projet tant qu’il reste ouvert aux associations défendant les mêmes valeurs. L’UCG consolide son fonctionnement démocratique et sa communication vers le public, notamment grâce aux étudiants qui ont créé ces pages instagram: https://www.instagram.com/p/CmEvDkojMBt/?utm_source=ig_web_button_share_sheet

Mise en avant

L’Etat toujours muet sur l’avenir de Grignon, les étudiants plus loquaces (22/11/22)

Depuis que l’état a annulé la vente du domaine et annoncé une nouvelle procédure de cession pour le 2e semestre 2022, il n’a fait aucune annonce officielle sur le sujet.
Les étudiants, les enseignants et les chercheurs ont déménagé et entamé une année universitaire délicate à Saclay. Cependant, les premiers sont revenus à Grignon ce week-end**, pour réaffirmer le rôle qu’ils voient et veulent pour ce site: écouter leur déclaration ici.  
** 20 novembre 2022, veille d’une réunion interministérielle qui avait pour objet l’avenir du domaine de Grignon; Reporterre a réagi aussi à ce frémissement du gouvernement: ici.

Avant cette manifestation, l’association Grignon 2000 avait communiqué sur le projet qu’elle continue à bâtir, en appelant de nouveaux acteurs à y travailler. Communiqué de Grignon 2000 du 18/11/2022

Mise en avant

Devenir de Grignon – 04/2022

Faits marquants Janvier-Avril 2022

Point sur la cession du domaine par l’Etat :

Après l’interruption par le gouvernement du processus de vente (15/11/2021), le Préfet des Yvelines en charge du dossier a consulté début 2022 des acteurs engagés pour la construction d’un nouveau projet pour Grignon, essentiellement les collectivités territoriales, un promoteur, et l’association Grignon 2000. Cependant, le Préfet n’a plus communiqué sur le sujet depuis début Mars. Rappelons que l’État a annoncé que le processus de vente de Grignon reprendra au second semestre 2022.

Actions des associations et autres organisations :

Grignon 2000 poursuit le renforcement et l’ouverture de son projet de Centre international des transitions agricole et alimentaire, en relation avec les élus et les associations mobilisées depuis plus d’un an, et en recherchant de nouveaux partenaires. Le CFSG y contribue par ses membres également actifs dans l’association Grignon 2000.
Récemment (19/04/2022), le CFSG, l’Arbre de fer, des Villes en transitions, l’association étudiante « Sauvons Grignon » et des organisations syndicales d’INRAE se sont accordés sur les valeurs et les principes qu’ils défendent comme bases d’un nouveau projet pour Grignon. Ils ont cosigné le texte fondateur d’un nouveau collectif, l’Union citoyenne pour Grignon. D’autres organisations sont appelées à rejoindre cette union (Plaine de Versailles, Grignon 2000, APTA…). Le texte (à lire ici) a été inspiré par le Manifeste des Etudiants d’AgroParisTech, en ligne depuis fin 2021 sous forme d’une pétition largement approuvée par les étudiants, et que nous vous invitons à signer si ce n’est pas déjà fait: soutien au manifeste étudiant pour Grignon

On note que la pertinence du projet et de nos actions en général est renforcée par la sortie du « Rapport de la Mission Grignon, un projet pour le site ». Ce rapport a été rédigé par un groupe de travail d’AgroParisTech piloté par l’ancien directeur de l’école Gilles Trystram, à la demande du gouvernement en 2021.
Au niveau territorial, l’association Plaine de Versailles compte bien sur le site de Grignon, avec les étudiants et les scientifiques, pour développer sa stratégie d’adaptation au changement climatique, de transitions et d’innovations (voir comptes-rendus des ateliers de réflexion du 8 mars 2022, n° 1 et 6).

Conseil d’Administration (CA) du CFSG :

Le CA s’est réuni le 30/03/2022. Après discussions sur les actualités et les textes, le CFSG a signé en tant qu’association le manifeste étudiant, s’est engagé officiellement dans l’ « Union citoyenne pour Grignon », et a adopté la motion suivante: « Dans le cadre du texte collectif au titre provisoire « Union étudiante, intersyndicale et associative pour Grignon, avis de constitution en collectif », que le CFSG approuve, l’association apporte tout son soutien et sa participation à la démarche de projet engagée par Grignon 2000 et les élus locaux pour l’élaboration d’un projet pour Grignon, pour l’intérêt général et sans démembrement du domaine. Le CFSG émet le souhait que cette démarche soit la plus ouverte possible et accorde une large place à d’autres acteurs de la société civile, de la construction du projet à la gouvernance envisagée ».

Sauvegarde et valorisation des patrimoines culturels mobiliers des sites franciliens de l’Agro :

Le CFSG reste très investi dans ce domaine, notamment grâce à la participation d’un membre du bureau du CFSG à trois groupes de travail :
– Un groupe inter-départements d’AgroParisTech « Fonds et collections », s’est réuni régulièrement depuis plus d’un an. Il a récemment remis un rapport de synthèse à la direction, où sont étudiés huit scénarios de réimplantation du musée du Vivant (40000 objets), dont deux à Grignon.
– Le groupe « école, objets, mémoire » est composé de membres d’AgroParisTech et d’Alumni (anciens Agros). Il travaille sur les actions prioritaires, la question des moyens et des délais, par exemple pour les archivages et les déménagements volumineux.
– Le groupe « Mémoire » s’est réuni pour la première fois le 9 mai. Composé d’enseignants-chercheurs, de responsables de services, et d’Alumni, il a reçu une « mission d’identification, d’analyse et de propositions sur la question des objets présents sur les quatre sites franciliens d’AgroParisTech et qui entretiennent le souvenir d’anciens étudiants, dirigeants, personnels, bienfaiteurs ou partenaires des établissements ou institutions dont AgroParisTech est le successeur ».

Durant les prochaines semaines, c’est surtout le patrimoine du site parisien rue Claude Bernard qui demande en urgence davantage de moyens de sauvegarde, du fait du déménagement qui doit s’achever fin Juillet, avec des bennes qui seront en place début Juillet! Des solutions de stockage sur le site de Grignon commencent à être appliquées mais seront-elles pérennisées? Une raison de plus d’agir pour un projet d’intérêt général pour Grignon.

Garden à Grignon le 5 Juin 2022 :

Enfin, en lien avec les étudiants organisateurs et d’autres associations, nous préparons notre contribution à la grande fête du 5 Juin 2022, la dernière (vraiment ?) Garden Party qui aura lieu dans le domaine. Cette manifestation traditionnellement destinée aux familles des étudiants et aux personnels de l’Agro, mise entre parenthèses durant la pandémie, revient, ouverte vers davantage de citoyen(ne)s ami(e)s de Grignon et nous vous invitons à y participer (lien vers la billetterie de la Garden).

Mise en avant

Vœux pour le site de Grignon en 2022

Cette année 2022 verra AgroParisTech quitter ses sites historiques d’Ile-de-France. Étudiants, enseignants, chercheurs, techniciens et administratifs quitteront en particulier celui de Grignon.

Tous ? Non ! au moins la Ferme expérimentale et son personnel (40 personnes) continueront leurs activités et ce n’est sûrement pas la fin de l’enseignement et de la recherche en agriculture à Grignon.

L’année sera décisive pour mettre sur les rails un nouveau projet pour ce domaine unique, un projet résolument engagé vers la transition agroécologique de notre agriculture et de notre alimentation.

Nous souhaitons donc fortement que progresse cette construction collective, et avec vous, nous y prendrons toute notre part. Nous souhaitons aussi à tou-te-s les ami-e-s de Grignon que 2022 soit remplie de bonheurs et de succès personnels.

A très bientôt,

Le bureau du CFSG

Mise en avant

L’État interrompt la vente de Grignon et annonce une nouvelle procédure pour 2022 (15/11/2021)

L’État par la voix du Préfet des Yvelines interrompt la mise en vente du site de Grignon, après avoir choisi au cœur de l’été le promoteur Altarea parmi les candidats qui ont déposé un projet pour le futur de ce site. Une nouvelle procédure de cession sera lancée au 2e semestre 2022.
Voir les articles de Médiapart du 14 novembre, dans l’Obs et Le Monde ce jour, etc., la liste s’allongera sans doute au vu des nombreux médias qui ont couvert en 2021 la mobilisation des étudiants, le dépôt des projets, la décision de l’État et les nouvelles mobilisations qui l’ont suivie en Septembre-Octobre.

C’est évidemment une grande victoire pour tous les acteurs associatifs, élus, étudiants, scientifiques, syndicaux, qui ont inlassablement dénoncé les risques de privatisation et de démembrement du domaine, et développé les éléments d’un projet d’avenir pour Grignon et pour notre société. Le processus de vente présentait de nombreuses failles en droit, la vente à Altarea n’était même pas une bonne affaire pour les contribuables, l’état se trompait lourdement dans son choix à l’heure où il faut s’orienter clairement dans les transitions nécessaires de l’agriculture, de l’alimentation et de l’énergie.
Voir nos articles précédents et dans les médias (rubriques de cette page « DANS LES MEDIAS » et « ON EN PARLE AUSSI DANS.. »).

Il découle aussi de ce dénouement du processus lancé en 2020 qu’il nous faudra continuer à être vigilants et constructifs durant les étapes à venir pour le futur de Grignon.

Les élus locaux et nationaux autour de Nadine Gohard, maire de Thiverval-Grignon le 11/09/2021

Mise en avant

Derniers éclairages sur l’aspect financier de la vente du site de Grignon – 31/09/21

Lors des manifestations de Septembre, Julien Lacaze, président de l’association Sites et Monuments, nous avait déjà alertés sur les avantages fiscaux dont bénéficieront les futurs acheteurs des logements aménagés dans les bâtiments historiques. Ces déductions ne seraient pas du tout marginales par rapport à la recette prévue de l’Etat, les 18 millions d’euros d’Altarea, puisqu’elles seraient de l’ordre de 6 millions d’euros. Grignon 2000 avec RMC nous l’expliquent dans cette page web et cette vidéo.
Le dernier article de Médiapart sur le sujet reprend ces estimations et les complète par celle d’autres apports d’argent public à l’opération prévue par Altarea: les reventes à la Région et au Département de parties du domaine, de l’ordre de 11 millions. Cette opération se révèle ainsi d’un intérêt financier quasi nul pour les contribuables.
L’accord entre la Région IdF et Altarea pour le rachat de bâtiments de recherche notamment, ne manque pas de choquer les personnels qui y travaillent, puisque c’est la Région qui a largement financé la construction de deux des plus récents: Bâtiments Bioger, inauguré en 2009, et EGER, inauguré en 2003.
On se demande donc encore plus aujourd’hui où sont les justifications des fonctionnaires de Bercy qui ont retenu la proposition du promoteur Altarea parmi les quelques projets déposés le 26 mars 2021. Le projet qui nous est le mieux connu grâce à ses porteurs est bien sûr celui déposé par Grignon 2000 et la Communauté de Communes Cœur d’Yvelines. Il vise à préserver et valoriser l’intégrité du site pour un futur en direction de la transition agricole et sociétale nécessaire.

Mise en avant

Appel à manifester à Grignon le 11/09/2021

Appel à manifester le samedi 11 septembre 14 h
contre la privatisation et le démembrement du Domaine de Grignon,
bien commun, par le promoteur immobilier Altarea-Cogedim

Devant l’entrée du site – Avenue Lucien Brétignières – 78850 Thiverval-Grignon.

Manifestation déclarée à la préfecture des Yvelines et à la mairie de Thiverval-Grignon.
Rassemblement en plein air dans le respect des gestes barrière.
Prises de paroles, musique, bar.


En ce mois d’août 2021, l’Etat vient d’annoncer en catimini et sans explications la vente du site AgroParisTech-INRAE de Grignon, membre de l’Université Paris-Saclay, à Altarea-Cogedim.
Non, l’Etat ne doit pas se séparer d’un campus de 750 personnes dédié depuis 200 ans à l’enseignement supérieur et à la recherche, de 40 000 m² bâtis, de 300 ha de forêt et de terres agricoles, et aussi d’un site géologique mondialement connu.
Non, l’Etat ne doit pas s’appuyer sur un jury inconnu intervenant dans une procédure obscure pour faire ses choix en ne les motivant pas.
Non, l’Etat ne doit pas choisir le béton et les profits de certains au détriment des urgences écologiques et sociales collectives (1).

Le projet d’Altarea-Cogedim, derrière des affichages de verdissement, est basé sur la spéculation et la plus-value immobilière par le logement. Nous nous opposons à la revente en lots, « à la découpe », prévue, ce qui ouvrirait la porte au démembrement et à la bétonisation de ce site unique.

Oui, l’Etat doit revenir sur sa décision et abandonner toute privatisation du bien public que représente Grignon pour le mettre à disposition d’un grand projet sur les enjeux agro-écologiques, de climat et de biodiversité, de progrès social, prioritaires et urgents.

Oui, l’Etat doit organiser une concertation de tous les acteurs intéressés à l’avenir de Grignon comme bien commun : collectivités territoriales, habitants, parlementaires, syndicats, associations locales, ONG, étudiants et anciens élèves, personnels AgroParisTech-INRAE, acteurs économiques, amis de Grignon …

Oui, l’Etat doit faire de Grignon un atout pour l’université Paris-Saclay et y développer un lieu dédié à la transition agricole et alimentaire, à la fois terrain d’expérimentation, d’enseignement, de science ouverte, contribuant au développement économique et social.

Le 11 septembre à 14h, tous contre la vente du campus de Grignon au promoteur immobilier Altarea Cogedim

Refusons la bétonisation, le démembrement et la recherche de profit immédiat :
200 ans d’enseignement et de recherche publics en agronomie valent mieux qu’une juteuse opération immobilière, décidée par un Gouvernement aveugle à l’urgence environnementale.

(1) D’ailleurs, le Conseil d’État (décision Grande Synthe) vient d’enjoindre l’État de prendre des mesures supplémentaires d’ici le 31 mars 2022 pour atteindre l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % d’ici 2030.

enregistrez cet appel pour diffusion, impression… : ici

Mise en avant

Communiqué du CFSG du 8/08/21

NON AU DEMEMBREMENT ET A LA PRIVATISATION DE GRIGNON, « BIEN COMMUN D’INTERET PUBLIC UNIQUE »

  Le Domaine de Grignon est un « bien commun » de la collectivité nationale qui doit être inaliénable. Pourtant, par le biais de la mascarade d’un appel à projet engagé en mars 2020, uniquement tourné vers la promotion immobilière, et d’un jury partisan sans expertise autre que financière, l’État vient, le 30 juillet, d’annoncer la vente de Grignon à un grand groupe immobilier à haute rentabilité financière, Altarea – Cogedim.

 Cette attribution n’a pas d’autre finalité que de réaliser une opération mercantile rentable avec un dépeçage en lots privés pour du logement. C’est d’autant plus scandaleux que cette attribution est faite en opposition totale avec la commune de Thiverval-Grignon et la Communauté de Communes Cœur d’Yvelines (CCCY) qui soutiennent et participent au projet Grignon 2026. C’est un véritable camouflet d’un État arrogant qui cultive le mépris absolu de la démocratie locale.

En 2016 nous avons contribué à l’arrêt de la vente de Grignon au PSG. Depuis cette date nous demandons un diagnostic partagé et un projet participatif pour décider ensemble de l’avenir de Grignon avec tous les acteurs impliqués :
– la CCCY et la commune de Thiverval-Grignon et tous les porteurs du projet Grignon 2026,
– AgroParisTech (dont Grignon – Domaine et Ferme – restera un site) et INRAE,
– l’Université Paris-Saclay dont AgroParisTech et INRAE sont membres (décret du 5.11.19),
– les instances régionales et nationales à tous les niveaux pertinents,
– les associations concernées, locales ou nationales, anciens élèves, étudiants…

Devant l’urgence écologique, l’État choisit de se séparer dans les plus mauvaises conditions d’un site de 300 ha unique en Europe. Cet ensemble d’actifs dédiés à l’enseignement, la recherche de haut niveau et l’expérimentation depuis 195 ans, avec 750 chercheurs et étudiants, a tout le potentiel pour contribuer à la nécessaire transition alimentaire et agricole qui nous attend. Il est indispensable de revenir sur cette décision qui ne respecte pas les enjeux agro-écologiques, pourtant prioritaires aujourd’hui.

Le Collectif pour le Futur du Site de Grignon mettra en œuvre, en coordination avec toutes les parties s’opposant à cette décision, toutes les actions et tous les recours possibles pour empêcher la réalisation de cette vente scandaleuse.

Contact cfsg.contact@gmail.com

www.cfsg.fr

Mise en avant

Les enjeux de la vente de Grignon resteront d’actualité au-delà du choix d’un repreneur

De profondes avancées durant la mobilisation des étudiant-e-s depuis le 16 Mars

Avec la mobilisation des étudiant-e-s d’AgroParisTech de 1re année, qui a débuté comme un coup de tonnerre le 16 Mars par le blocage du site, l’avenir du domaine de Grignon et d’autres questions plus larges mais liées ont été largement débattues sur la place publique. Différentes organisations et acteurs, parmi les personnels d’AgroParisTech, d’INRAE et d’autres établissements, leurs élus et représentants syndicaux, des associations dont le CFSG, les ont soutenus par des déclarations, pétitions, et lors de manifestations. Des élus nationaux, des candidats aux prochaines élections ont également manifesté leur soutien et plusieurs ont adressé des questions au gouvernement (voir sur les sites du sénat et du parlement celles de Fabien Gay, Clémentine Autain, et André Chassaigne). Scientifiques et politiques ont aussi largement échangé et partagé leur expérience et leurs réflexions avec les étudiants, à Grignon ou à distance. Les médias se sont fait l’écho de ces évènements et réflexions avec une grande intensité (voir les derniers liens de la rubrique « On en parle », par exemple ceux renvoyant à Mediapart, Le Parisien, 78actu, Reporterre, Les Echos, L’Humanité, Le Monde, Europe1, France Culture (34e min), La Tribune de l’Art (articles, + interview de D. Rykner).

Parmi les avancées non négligeables figure la publicité sur le processus de vente qui se déroulait jusque-là en catimini malgré les efforts d’associations comme le CFSG et parfois des élus du Conseil d’administration de l’Ecole. Le seul but clair de l’État étant de réaliser une opération financière favorable pour lui et forcément pour l’acquéreur, a priori un promoteur immobilier privé. Les lacunes criantes dans la composition du jury décideur sur les questions environnementales, scientifiques, patrimoniales ont été dénoncées. Les étudiants réorganisés en avril au sein de l’association CERCLE ont promu une liste de critères à prendre en compte pour la vente; on peut espérer qu’ils seront considérés d’une manière ou d’une autre dans la décision, même si on est loin de la transparence et pas à la hauteur des enjeux de l’avenir de ce domaine unique au monde.

Pour un nouveau pôle à Grignon de recherches et de formation, les idées ont fusé, issues des rencontres entre étudiants, scientifiques, associations des « villes en transition » voisines, etc., et enrichissant le projet de « Centre International d’Échanges et de Formations pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement de Demain », défendu dès 2016 par le CFSG. Deux grands thèmes sont aujourd’hui mis en avant pour impulser une dynamique de transition : l’agroécologie et l’agriculture de proximité, sans oublier les objectifs d’implication des citoyens voire d’insertion sociale. L’association des étudiants, appuyée encore par des scientifiques et des organisations, développe le projet d’une plate-forme d’activités de recherche et d’enseignement participatifs, qu’ils comptent bien défendre auprès du futur acquéreur du domaine.

Les avancées autour du projet Grignon 2026

Le projet Grignon 2026 a été soumis à la décision de l’État, comme prévu le 26 Mars avec le dépôt d’une offre finale conjointe Grignon 2026 – Communauté de Communes Cœur d’Yvelines. Grignon 2000, animatrice du projet, a néanmoins poursuivi la réflexion et la mobilisation pour le renforcer.

Un groupe de travail sur la gouvernance a été mis en place pour formaliser l’ouverture du projet à tous les acteurs du territoire et diversifier l’actionnariat attendu de toute la communauté des Agros et amis de Grignon. Une séance de la fabrique participative a fait progresser la définition de la gouvernance (compte-rendu ici).

Le projet de création à court terme d’une fondation pour Grignon est maintenant acté, de manière à affirmer et stabiliser sur la durée les valeurs d’intérêt général et public du projet Grignon 2026. En accompagnement, les appels à financements restent actifs : dons sur la plateforme Bluebees, promesses d’achat d’actions de G2026 ou de dons à la future fondation pour son entrée au capital du projet, emprunt sur la plateforme Miimosa

Les contacts continuent de s’établir ou se renforcer avec The Shift Project, le Campus de la transition, Time for the Planet… ainsi qu’avec des élus locaux et tous les parlementaires de France qui ont été informés du projet Grignon 2026. Une Tribune de soutien signée par près de 200 chercheurs vient de paraître dans le JDD, dans un contexte de mobilisation autour de la transition énergétique et agroécologique (cf. récente tribune dans le Monde).

Nous proposons deux actions complémentaires :

  • Organiser collectivement la Journée Européenne du Patrimoine du samedi 18 septembre, occasion exceptionnelle de présenter à un public nombreux et varié les très riches potentiels du Domaine, par l’animation d’ateliers in situ et d’exposés-débats en salle.
  • Lancer avec le concours de spécialistes et d’étudiants, des initiations à l’agroécologie ou la biodiversité, déclinées en thèmes spécifiques (parcours botaniques, …) et pour différents niveaux (scolaires, étudiants,…).

Horizons

L’État devait annoncer le résultat de la procédure de vente avant fin mai, mais nous avons compris que cette annonce est reportée après les élections régionales et départementales.

Plus que jamais, le projet Grignon 2026 est au cœur du futur que nous attendons et construisons pour le domaine de Grignon avec tous les acteurs impliqués : scientifiques d’AgroParisTech, des instituts de recherche et de l’Université, habitant-e-s de Thiverval-Grignon, de Cœur d’Yvelines et de Plaisir, et tous/toutes les ami-e-s de Grignon !

Mise en avant

Dépôt d’une offre pour l’acquisition du domaine (Décembre 2020)

Le projet pour le domaine de Grignon élaboré par Grignon 2000 et la communauté de communes Cœur d’Yvelines a été déposé le 18 Décembre 2020 (communiqué de Cœur d’Yvelines). Nous ne savons pas pour le moment combien d’offres ont été déposées en même temps et il faudra sans doute attendre le 8 Février pour connaître les candidats sélectionnés par l’Etat pour la dernière étape de la mise en vente.

Plus que jamais, nous sommes mobilisés avec nos partenaires afin de protéger et promouvoir les patrimoines matériels et immatériels du site de Grignon. Prochainement nous réunirons, physiquement ou en ligne, le conseil d’administration et l’assemblée générale du CFSG.

Mise en avant

Vœux du CA d’AgroParisTech sur les patrimoines des sites franciliens (25/11/20)

Le Conseil d’administration d’AgroParisTech, réuni à Paris le 25 novembre 2020, a voté un texte de vœux d’une grande importance pour le devenir des patrimoines franciliens d’AgroParisTech*. A l’aube du déménagement des quatre sites franciliens sur le campus de Palaiseau, ces patrimoines encourent des risques de pertes irrémédiables si les moyens nécessaires d’inventoriage, de conservation et de valorisation ne sont pas mis en œuvre.
De plus, ces patrimoines dépassent la simple communauté AgroParisTech, car ils font véritablement partie de l’Histoire de l’Ile-de-France. Qu’il s’agisse de la diffusion de techniques par la Ferme des Granges de l’INA à Palaiseau et par la Ferme expérimentale de Grignon, d’expérimentations agronomiques, de données climatiques, géologiques, pédologiques, botaniques, agronomiques, technico-économiques, comptables ou de maquettes de machines agricoles ; tous ces supports de production et de transmission de savoirs s’inscrivent dans le territoire qui les entoure. Indissociables de ce contexte local et francilien, ils ne doivent donc pas être déménagés en dehors de leur région d’origine, ce que le CA d’AgroParisTech vient de reconnaître.

Les vœux suivants ont donc été approuvés à la majorité des membres présents:

  • a) que les patrimoines matériels franciliens d’AgroParisTech soient valorisés en Ile de France ;
  • b) que, dans le cadre de la future transition de sites franciliens vers Saclay, soit créé un groupe de travail associé à la mission de conservation et de valorisation des patrimoines matériels et immatériels d’AgroParisTech. Ce groupe de travail serait organisé autour des responsables directement impliqués, en y associant des représentants des collectifs concernés et des personnalités extérieures à AgroParisTech.

Aussi, nous avons eu connaissance de l’avis de la DRAC sur la vente de Grignon, qui prend acte de la protection des bâtiments, mais insiste sur tous les mobiliers et objets liés au riche passé d’enseignement de Grignon, dont les collections de minéraux, les herbiers, etc. Il convient, toujours selon la DRAC, de maintenir la mémoire de cet enseignement sur le site.

Concernant la Commission Nationale du patrimoine et de l’architecture, celle-ci aurait émis un avis très partagé sur la cession de Grignon et a très nettement demandé qu’une étude soit engagée en vue d’une éventuelle protection au titre des monuments historiques des collections mobilières de l’école. Elle a mis l’accent sur le fait que celles-ci sont actuellement entreposées dans de mauvaises conditions de conservation.

Les administrations du ministère de la culture (Direction régionale des affaires culturelles et inspection des patrimoines) se sont proposées pour évaluer les collections et assurer leur préservation…

* Nous renvoyons le lecteur intéressé vers la note suivante: Vincent, J. 2020. Complexités des patrimoines matériels des sites AgroParisTech franciliens. 12 pp