Vœux du CA d’AgroParisTech à propos des patrimoines des sites franciliens

Le Conseil d’administration d’AgroParisTech, réuni à Paris le 25 novembre 2020, a voté un texte de vœux d’une grande importance pour le devenir des patrimoines franciliens d’AgroParisTech*. A l’aube du déménagement des quatre sites franciliens sur le campus de Palaiseau, ces patrimoines encourent des risques de pertes irrémédiables si les moyens nécessaires d’inventoriage, de conservation et de valorisation ne sont pas mis en œuvre.
De plus, ces patrimoines dépassent la simple communauté AgroParisTech, car ils font véritablement partie de l’Histoire de l’Ile-de-France. Qu’il s’agisse de la diffusion de techniques par la Ferme des Granges de l’INA à Palaiseau et par la Ferme expérimentale de Grignon, d’expérimentations agronomiques, de données climatiques, géologiques, pédologiques, botaniques, agronomiques, technico-économiques, comptables ou de maquettes de machines agricoles ; tous ces supports de production et de transmission de savoirs s’inscrivent dans le territoire qui les entoure. Indissociables de ce contexte local et francilien, ils ne doivent donc pas être déménagés en dehors de leur région d’origine, ce que le CA d’AgroParisTech vient de reconnaître.

Les vœux suivants ont donc été approuvés à la majorité des membres présents:

  • a) que les patrimoines matériels franciliens d’AgroParisTech soient valorisés en Ile de France ;
  • b) que, dans le cadre de la future transition de sites franciliens vers Saclay, soit créé un groupe de travail associé à la mission de conservation et de valorisation des patrimoines matériels et immatériels d’AgroParisTech. Ce groupe de travail serait organisé autour des responsables directement impliqués, en y associant des représentants des collectifs concernés et des personnalités extérieures à AgroParisTech.

Aussi, nous avons eu connaissance de l’avis de la DRAC sur la vente de Grignon, qui prend acte de la protection des bâtiments, mais insiste sur tous les mobiliers et objets liés au riche passé d’enseignement de Grignon, dont les collections de minéraux, les herbiers, etc. Il convient, toujours selon la DRAC, de maintenir la mémoire de cet enseignement sur le site.

Concernant la Commission Nationale du patrimoine et de l’architecture, celle-ci aurait émis un avis très partagé sur la cession de Grignon et a très nettement demandé qu’une étude soit engagée en vue d’une éventuelle protection au titre des monuments historiques des collections mobilières de l’école. Elle a mis l’accent sur le fait que celles-ci sont actuellement entreposées dans de mauvaises conditions de conservation.

Les administrations du ministère de la culture (Direction régionale des affaires culturelles et inspection des patrimoines) se sont proposées pour évaluer les collections et assurer leur préservation…

* Nous renvoyons le lecteur intéressé vers la note suivante: Vincent, J. 2020. Complexités des patrimoines matériels des sites AgroParisTech franciliens. 12 pp